dimanche 4 septembre 2011

7 réformes essentielles pour sauver la planète: UTOPIA

 PHOTO / PDM 1.0
Comment résoudre les principaux problèmes de la Terre? 

 En appliquant 7 grandes réformes:

1) Instaurer une nouvelle démocratie avec l'objectif de créer un gouvernement plus rationnel et non dominé par le monopole des partis politiques. Un gouvernement plus intelligent et qui échapperait au poids de l'argent et de la démagogie.

Comment y arriver? En créant une démocratie caractérisée par une Assemblée législative formée de deux chambres: une Chambre des députés, assez comparable aux institutions analogues que nous connaissons actuellement en Occident, ainsi qu'un Sénat, qui serait très différent de ce qui existe à ce jour. Chacune de ces deux chambres aurait le même nombre de membres, le même poids politique et siégerait simultanément dans la même salle.

Les députés seraient élus par la population et pourraient appartenir à des partis politiques.

Mais le Sénat quant à lui serait formé de sages représentant les diverses disciplines du savoir humain. Ces citoyens reconnus pour leur intelligence, leur savoir et leur sagesse travailleraient non pas motivés par l'ambition personnelle mais par le devoir. Car il y aurait obligation de siéger au Sénat pour les citoyens sélectionnés analogue à l'obligation de siéger comme jury dans un procès criminel. Ce Sénat choisirait lui-même ses membres par cooptation comme le font les académies. Le Sénat originel pourrait quant à lui être choisi par la Cour Suprême.

La Chambre des députés et le Sénat constitueraient l'Assemblée législative.  Au lieu d'un gouvernement partisan qui fait adopter ses lois puisque qu'il siège devant une Assemblée où il possède la majorité; au lieu d'un débat politique qui tient davantage lieu du théâtre ou de la boxe que de l'échange constructif,  nous aurions un gouvernement faisant face à une assemblée qui serait la conscience de la nation. Chaque initiative législative serait véritablement discutée et cela de manière non entièrement partisane puisque la moitié des membres de l'Assemblée seraient des sénateurs non-élus et non affiliés à des partis politiques.

 Ces deux Chambres choisiraient également le président du pays un peu comme les Cardinaux réunis en conclave élisent le Pape. Mais ce choix présidentiel devrait être ratifié par la population par voie référendaire.  Ensuite le Président choisirait ses ministres parmi les députés de divers horizons politiques ou parmi les Sénateurs afin de constituer un gouvernement d'union nationale. Ce gouvernement serait responsable devant l'Assemblée législative formée des deux Chambres.

 Après la démocratie directe des Athéniens où chaque citoyen votait à main levée, après la démocratie parlementaire et représentative que nous connaissons en Occident depuis un siècle et demi et qui est dominée par le jeu des partis politiques, la troisième vague démocratique que je préconise permettrait de réduire le rôle de l'argent, des groupes de pression et de la démagogie électoraliste dans la gouvernance de l'État et d'accroître significativement celui de la raison, du bien commun et des perspectives de long terme.

2) Instaurer un gouvernement mondial selon le modèle de la troisième vague démocratique que je viens de décrire: la paix planétaire, la régulation de l'économie et la protection de l'environnement nécessitent une telle super-structure.

3) Garantir un revenu minimal à tous: fusionner les programmes existants d'aide sociale, d'allocations de chômage, de régimes de retraites, de bourses aux étudiants et aux artistes dans un programme unique distribué mensuellement sous forme d'impôt négatif.

4) Appliquer une taxe sur les transactions financières telle que la taxe Tobin.

5) Mettre le focus sur la prévention plutôt que la guérison en santé: créer des clubs encourageants de saines habitudes de vie et les promouvoir par des incitatifs fiscaux.

6) Démocratiser les structures religieuses autoritaires: de nos jours toutes les organisations occidentales adoptent un modèle démocratique à l'exception de la majorité des organisations religieuses. Nous devrions encourager la démocratisation des religions en abolissant progressivement les exemptions fiscales pour celles qui s'obstinent à conserver une structure autoritaire dépassée.

7) Contrôler la reproduction humaine: limiter la natalité au Sud, la stimuler au Nord et améliorer le matériel génétique de notre espèce.

________

 Utopia est un néologisme inventé en 1518 par l'auteur anglais Thomas More. Il a choisi ce mot comme titre de son plus célèbre ouvrage: un livre décrivant une société idéale. En français, le mot a été traduit par utopie et est utilisé pour décrire une société ou un système politique « parfaits ». On lui donne aussi un sens plus péjoratif en l'employant pour décrire quelque chose de totalement imaginaire qui n'a aucune chance de se concrétiser dans la réalité.

 Plusieurs universitaires font remonter ce genre littéraire à La République de Platon. Bien que d'autres spécialistes disent que l'ouvrage de Platon appartient à la catégorie des essais politiques et non pas à celle des utopies. Parmi les livres généralement reconnus comme utopistes, on peut mentionner...

Adolescent, j'entendis le chanteur belge Jacques Brel dire en entrevue qu'il serait prêt à renoncer à sa tranquillité et à son confort personnel pour résoudre les problèmes du monde. Mais qu'il ne savait VRAIMENT pas ce qu'il fallait faire. Dans ma situation personnelle... c'est l'opposé! Dès l'adolescence, j'ai eu le sentiment, bien prétentieux peut-être, que je savais ce qu'il fallait faire pour résoudre 90% des problèmes du monde. Mais que je n'avais pas la force, le talent, la motivation pour essayer de faire appliquer mes conceptions.

A tout le moins, je peux exprimer mes idées, n'est-ce pas?  Bien sûr, je n'aurais su trouver meilleur mot dans le titre de ce billet que celui d'Utopia...

Car les utopies d'aujourd'hui seront les réalités de demain!


---------

Citation du jour

« Une carte du monde sur laquelle ne figure pas le pays d'Utopie ne mérite pas le moindre coup d'oeil. »
Oscar Wilde

-

2 commentaires:

  1. Carl Villefranche, Paris26 mars 2014 à 11:21

    Une synthèse brillante et originale des changements nécessaires pour la survie de notre planète. Bravo!

    RépondreEffacer